vous êtes : accueil > > Qualité, Business et IT > Outils du business> Indicateur > Scoring

Qualité, Business et IT |

Imprimer l'articleEnvoyer à un ami

OUTILS DU BUSINESS - INDICATEUR

SCORING

Le scoring est l'action d'établir des points, suite à une épreuve, en vue de réaliser un classement et un objectif de progrès. Les compétitions sportives et les examens de fins d'études sont les deux grands utilisateurs du score.

Depuis quelques années, le score a envahi le monde de l'entreprise. L'esprit compétitif s'installe progressivement dans nos entreprises...

Prenons l'exemple du bac : on établit une note globale, un score, qui permet d'affirmer si le candidat à le niveau requis et de les départager entre eux. Cette note globale est la combinaison, la pondération et le calcul de scores intermédiaires pour les notes de chaque matière. C’est bien I = F(a, b, c, …). La note intermédiaire peut être elle-même le résultat de scores précédents et recalculés, et ainsi de suite… Il est donc important de pouvoir emboîter les scores les uns les autres.

L’utilité du scoring est de pouvoir placer sur chaque axe le niveau atteint par chacun des composants du scoring : pour reprendre l’exemple du bac, un élève peut atteindre une moyenne de 12 soit uniquement avec des notes à 12, soit avec des 18 et des 0. La signification est très différente : dans le premier cas c’est un élève régulier et travailleur, dans le second c’est un élève brillant et paresseux. De même, pour un même score général identique, on peut avoir un bon élève en science et mauvais en lettre (deux axes distincts), ou inversement. Le scoring permet de présenter toutes ces alternatives de manière claire et synthétique.

Dans le contexte de l'entreprise et de la performance économique, les axes ne représentent pas les mêmes enjeux et n’agissent pas dans le même sens (iinvestissements contre réduction de coûts, stratégie long terme contre rentabilité court terme). Ainsi, le score exprime le résultat d’un équilibre obtenu dans la conduite globale de la performance. Par exemple, il est inutile d’améliorer les achats (amélioration de l’axe Finance) si c’est au détriment de la qualité, et donc du service client (dégradation de l’axe Client). De même, il est illusoire d’améliorer les processus interne (axe Processus) si les collaborateurs ne sont pas formés (axe Formation).

Les 4 axes Finance, Clients, Processus et Formation sont issus du modèle de Balanced Scorecard de Norton et Kaplan.

Le Scoring permet d’avoir en permanence une vue globale et prospective de la performance de l'entreprise. En particulier, le Scoring permet de mesurer la cohérence des résultats ou des objectifs (valeurs homogènes entre axes).

Enfin, le Scoring, en introduisant des valeurs sur des axes distinctes introduit les possibilités d’analyse de corrélation et d’optimisation entre facteurs.

Chacun des axes porte un indicateur de synthèse. Mais pour chaque axe, cet indicateur est le résultat d’opérations réalisées à partir d’indicateurs intermédiaires et chacun de ces indicateurs intermédiaires peut lui-même être le résultat de calcul sur des indicateurs de base et ainsi de suite. Par exemple l’indicateur premier de l’axe Finance peut être la Rentabilité. Cet indicateur peut être lui même le résultat du Roi et des coûts, nous avons donc :

                               Rentabilité = f (Roi, coûts)

Puis        Coûts = g (coûts internes, coûts externes)

Pour l’axe Client ,nous pouvons avoir :

                               Client = f (nombre clients, croissance ca, taux de fidélité, niveau satisfaction)

                               Taux de fidélité = g (nombre nouveaux clients, anciens clients, durée de renouvellement)

Et ainsi de suite.