vous êtes : accueil > > Qualité, Business et IT > Principes opérationnels> Maturité > Benchmark (French)

Qualité, Business et IT |

Imprimer l'articleEnvoyer à un ami

PRINCIPES OPÉRATIONNELS - MATURITÉ

BENCHMARK (FRENCH)

Le benchmark est une analyse qui compare les performances et les qualités d'une offre, d'un service, d'un processus ou d'une organisation avec ce que les marchés proposent comme meilleure option.

Le benchmark de processus se concentre sur la comparaison des pratiques d'une entreprise avec les meilleures pratiques du marché.

Principes :

Le benchmark est construit sur le principe d'une analyse comparative entre l'élément que l'on évalue et ce que le marché propose de meilleur. Par exemple, le catalogue d'un fabricant de jouets est comparé aux catalogues des fabricants les plus réputés sur le marché des jouets. Le menu d'un restaurateur est comparé aux menus des meilleurs restaurateurs de sa catégorie...

Dans la pratique, il est important de focaliser le benchmark sur les difficultés ou les problèmes rencontrés dans les opérations ou dans le déploiement de la stratégie. Par exemple, concentrer le benchmark sur une ligne de produits qui se vend mal ou sur un processus qui ne fonctionne pas (turn over important dans la gestion des ressources humaines, stock trop important, clientèle volatile...).

Différents types de benchmarks :

Le benchmark est applicable à tout type d'analyse comparative. Nous avons les principaux types de benchmark suivant :

Benchmark de produits ou de services

C'est la comparaison des produits ou des services entre plusieurs concurrents d'un même marché. Ce sont les fonctions, la fiabilité, la facilité d'usage, l'attractivité, le rapport qualité / prix qui sont comparés. On retrouve régulièrement dans les revues d'association de consommateurs des benchmarks de produits ou services grands publics.

Benchmark interne :

Les comparaisons entre pratiques se déroulent au sein d’un même groupe. Entre même fonction mais sur des lieux géographiques différents, ou sur un même lieu géographique mais entre fontions différentes, ou encore sur un historique de plusieurs années.

Benchmark de fonction ou de processus :

C’est un benchmark externe réalisée entre fonctions ou processus, identiques ou similaires (RH, comptabilité, achats...) mais entre entreprises de marchés distincts, donc n’étant pas en concurrence. Une fonction peut être par exemple la gestion des congés ou le recrutement et le processus la gestion des ressources humaines ou les achats de prestations.

Benchmark de performance :

On compare la performance d'une offre commerciale ou l'on analyse la ligne de produit qui remporte le plus grand succès sur les marchés.

Le benchmark de performance des processus ou des fonctions vise à comparer l'efficacité et l'efficience de la réalisation de la fonction ou du processus. On arrive à la performance dans l'utilisation des moyens, des ressources et donc des coûts de fonctionnement d'une fonction ou d'un processus.

Benchmark non concurrentiel :

C’est un benchmark externe mais réalisé entre processus, fonction, service ou activité entre sociétés non concurrentes.

Benchmark concurrentiel :

Deux sociétés concurrentes choisissent de comparer leur pratique dans un domaine non stratégique tel que la gestion des achats ou la gestion de la conformité. Rien n’empêche de comparer les activités stratégiques mais c’est une question de volonté de la part des acteurs du marché.

Benchmark d’audits :

Les résultats d’audits, que ces derniers soient réalisés par une équipe interne à l’entreprise ou par un intervenant externe, peuvent être regroupés pour être synthétisés. On établit ensuite un résultat général de tous les audits et les tendances sont ainsi dégagées. Ce sont des informations précieuses pour déployer une démarche d’amélioration.

Benchmark et maîtrise des coûts :

Le principe du benchmark est régulièrement appliqué aux évaluations économiques et financières. Ce sont les benchmarks de coûts, de centre de profits, de rentabilité des capitaux investis...Pour y parvenir, les départements comptables et financiers établissent des comptabilités qui autorisent la comparaison de l'efficacité économique ou financière, neutralisant ainsi les choix de fiscalité ou de mode d'amortissements (comptabilité analytiques, comptabilité de gestion).

La maîtrise des coûts est l'étape suivante ; le benchmark est utilisé en continu pour alimenter en données le processus d'amélioration continue des coûts de revient. C'est l'amélioration continue des coûts ou le Kaizen cost.

Benchmark, partenaires et données confidentielles :

Les données fournies par le marché proviennent de sociétés qui sont en concurrence les unes des autres. La collecte des données doit donc être réalisée par un organisme tiers qui assure leur confidentialité. Les informations produites et transmises pour le besoin des comparaisons sont le résultat de moyennes générales et ne représentent aucun caractère confidentiel. 

Ce qu'apporte un benchmark :

Une analyse de ses performances avec ce que propose le marché apporte les avantages suivants :

Identification des points faibles
Identification des pratiques à mettre en place pour améliorer ces points faibles
Elaboration d'une démarche d'amélioration continue à partir des résultats du benchmark

Une démarche systématique de maîtrise et de baisse des coûts

Offre benchmark de NUMERAL ADVANCE :

Consultez notre offre de benchmark