vous êtes : accueil > > Traçabilité et IT > Traçabilité et technologie> Trier les questions > Préjugés, fausses nouvelles et vraies questions

Traçabilité et IT |

Imprimer l'articleEnvoyer à un ami

TRAÇABILITÉ ET TECHNOLOGIE - TRIER LES QUESTIONS

PRÉJUGÉS, FAUSSES NOUVELLES ET VRAIES QUESTIONS

Beaucoup d’informations contradictoires mènent à adopter une position d’attente « wait and see »

Vraies questions

  • Quels exemples de déploiements industriels existent-ils aujourd’hui ?
  • Quels standards pouvons nous utiliser ?
  • Sommes nous dans une nouvelle mode à laquelle nous devons sacrifier ?
  • La technologie peut elle amener un avantage concurrentiel ?
  • A l’heure des choix budgétaires, devant le coût d’un tel projet et ses implications est ce le bon investissement ?
  • Et le retour sur investissement ?
  • J’ai un problème particulier bien identifié et l’on me propose de tout changer.

Autant de personnes questionnées autant de réponses différentes, par qui se faire accompagner ?

Vraies réponses

La technologie évolue, mais chaque technologie a ses limites physiques.

Les limites sont souvent contournées par la mise en œuvre en synergie de plusieurs technologies.

La RFID dont on parle beaucoup depuis quelques temps est largement utilisée depuis des années pour des applications spécialisées en boucle fermée, sur des applications propriétaires pour du matériel, du suivi de production et de stock (Michelin, Mercedes Benz)

Il n’existe pas une seule fréquence en RFID pour répondre à tous les usages, même si certaines fréquences sont largement standardisées au niveau mondial. Cela est une nécessité physique immuable.

Il ne faut pas confondre la RFID et la RF même si des ponts sont maintenant lancés entre ces deux technologies.

Le déploiement de solutions en boucle ouverte prend des années.

Fausses nouvelles et préjugés à qui il convient de tordre le cou

Les caissières de supermarché ne sont pas prêtes de céder la place à un auto contrôle de son caddie.

                                                     

                                 

 

La technologie ne pallie pas le manque d’organisation.

La bonne technologie n’est pas celle qui arrivera demain mais celle qui répond au besoin aujourd’hui et dans son évolution prévisible.

La gestion de ces nouveaux supports physiques d’information est largement sous estimée.

Personne ne connaît mieux les besoins que celui qui les vit au quotidien.