vous êtes : accueil > > Traçabilité et IT > Traçabilité mer et rivières> Pêche dans l'océan indien > Périmètre de la traçabilité

Traçabilité et IT |

Imprimer l'articleEnvoyer à un ami

TRAÇABILITÉ MER ET RIVIÈRES - PÊCHE DANS L'OCÉAN INDIEN

PÉRIMÈTRE DE LA TRAÇABILITÉ

Le périmètre de la traçabilité délimite les zones géographiques, les régions maritimes et les espèces qui seront suivies. Pour fonctionner et apporter les garanties d'origine, de qualité et de pratiques, la traçabilité doit s'appuyer sur un système de repérage précis et reconnu par tous.

Nous précisons les périmètres de la République de Maurice et de l'Ile de la Réunion.

Le périmètre de traçabilité contient :

  • La géographie de l’océan,
  • Les régions maritimes et les zones de pêches,
  • Les espèces en mer,
  • L’environnement et les événements qui influeront sur l’objectif et les moyens de la traçabilité.

Carte de la zone de pêche 51, Ouest de l'océan indien, définie par la FAO :

                      

               www.fao.org/figis/servlet/static?dom=area&xml=Area51.xml

 

Zone maritime étendue :

Il s’agit d’identifier les différentes origines de lieu de pêche pour établir ensuite, les éléments de traçabilité.

Sous le terme archipels des Mascareignes, nous retrouvons trois îles principales : Réunion, Maurice et Rodrigues. A l’extérieur de cette zone des archipels, nous nous trouvons dans les eaux internationales du sud ouest de l’océan indien.

La république de Maurice :

Située au sud ouest de l’océan indien pour une superficie d’environ 1.860 km2 (57°35’ E; 20°15’ S), l’Ile Maurice dispose d’une zone économique de plus de 1,9 millions de km2 incluant l’archipel des Chagos et les îles d’Algalega. Peuplée d’environ 1,2 Millions d’individus, la république de Maurice comprend l’île Maurice, l’île Rodrigues, de Saint Brandon et les îles Agalega.

Les autorités mauriciennes ont décidé de développer une filière halieutique à partir de l’année 2003.

L’île de Rodrigues, située au sud est de l’archipel, possède une superficie d’environ 400 km2 pour une population d’environ 380.000 habitants.

         

           Source: geography.about.com/library/maps

Le département français de la Réunion :

L’île de la Réunion,  avec environ 780.000 habitants sur 2512 km2 par 55°3 de longitude Est et par 21°5 de latitude Sud, est située au dessus du tropique du Capricorne. Cette île se trouve à 210 km à l’ouest de l’île Maurice, à 800 km à l’est de Madagascar et à 9.200 km de la France.

Cette île possède une zone économique exclusive, ZEE, qui s’étend de l’est à l’ouest, non loin des côtes malgaches.

En dehors du périmètre des Mascareignes :

En dehors des zones privilégiées de Maurice et de la Réunion, le sud ouest de l’océan indien comprend une vaste zone internationale où se croisent bateaux de pêches, cargos, pétroliers et porte conteneurs. C’est la zone n° 7 identifiée selon le découpage des zones maritimes de la FAO.

Zones de pêches :

Ces zones du sud est de l’océan indien fournissent presque un tiers de la production de pêche de cet océan qui elle-même représente environ 25% de la production mondiale (10% pour l’océan atlantique et 65% pour l’océan pacifique).

La zone mauricienne :

Dans le périmètre sous l’autorité de Maurice, nous avons les régions maritimes de :

  • l’île Maurice
  • Cargados, San Brandon et Rodrigues,
  • Tromelin,
  • Agalega,
  • Archipel des Chagos.

La zone de l’île de la Réunion :

La Zone Economie Exclusive de la Réunion.

Les autres zones :

En dehors de ce périmètre, nous avons les régions maritime de :

  • Seychelles,
  • La côte est de Madagascar.

Chaque région maritime peut être subdivisée en zone plus restreinte avec :

  • La pêche en lagon,
  • La pêche hors lagon,
  • La pêche en haute mer.

Espèces en mer :

Les principales espèces pêchées dans cette région du monde sont :

  • Le thon,
  • L’espadon,
  • La daurade,
  • La légine,
  • La raie,
  • La langouste.

Effets des changements climatiques :

Le phénomène d’El Nino, en atlantique, provoque une fonte des glaces de l’Artique et le réchauffement généralisé des eaux entraîne les thons à nager en eaux beaucoup plus profondes. De plus, ces changements climatiques ralentissent le développement des matières premières organiques et provoquent une baisse de source d’alimentation pour les espèces sauvages. Il y a donc une raréfaction des ressources naturelles et qui porte une conséquence négative sur les résultats de pêche. Les thonidés européens ont eu leur plus mauvaise campagne de pêche depuis ces 20 dernières années.